Éditorial

Écritures et photographies

En cette fin d’année qui approche avec ses injonctions de fête et de réjouissances programmées dans un contexte national et international très morose, nous avons décidé, contrairement à nos habitudes, de vous donner à voir quelques photos explicatives des réalisations et des presonnes qui leur permettent de voir le jour. Les projets soutenus au cours de cette année seront développés dans la lettre récapitulative mais tout le monde n’a pas accès à Internet et n’est pas titulaire d’un courriel…

Nos partenaires ont pris l’habitude de nous envoyer des photos comme témoignages de leur engagement. Si intéressantes soient-elles, elles ne sauraient remplacer la description écrite, plus explicite et détaillée. Nous mesurons toutefois toute la difficulté de l’écrit qui nécessite du temps au sein d’occupations multiples, de la réflexion, une rédaction dans une langue que l’on pense ne pas assez maîtriser. Il faut ensuite trouver un réseau virtuel qui veuille bien fonctionner, ce qui est loin d’être toujours le cas et rend l’entreprise d’autant plus méritoire. Nous sommes toujours très contents de lire ces compte rendus agrémentés d’expressions locales qui les rendent irremplaçables et qui constituent le cœur battant de ce bulletin.

Nous ne restons pas pour autant indifférents aux atrocités engendrées par les guerres, les catastrophes climatiques, la misère qui engendrent des cortèges de réfugiés et la Réal politik qui s’en accommode dans l’espoir de préserver ses intérêts. Nous continuons simplement à faire notre travail d’accompagnement et à prendre en compte tout ce qui se réalise quotidiennement, sans tambour ni trompette, dans notre domaine de compétences.

Un poème de P. Éluard comme une petite lumière pour cette année à venir et que l’on souhaite la meilleure possible.

La nuit n’est jamais complète
Il y a toujours puisque je le dis
Puisque je l’affirme
Au bout du chagrin une fenêtre ouverte
Une fenêtre éclairée
Il y a toujours un rêve qui veille
Désir à combler faim à satisfaire
Un cœur généreux
Une main tendue une main ouverte
Des yeux attentifs
Une vie, la vie à se partager

illustration bulletin de partage sans frontières bulletin 142

Pérou : Mère adolescente à l’école inclusive

Signe tangible d’un espoir renouvelé, cette toute jeune mère a intégré l’école inclusive animée par Taller de los Niños, qui va lui permettre de suivre une formation courte et diplômante tout en continuant à s’occuper de son enfant sans qu’il constituer une charge pour sa famille. Plus tard, elle pourra envisager de reprendre le cours normal de ses études abandonnées lors de sa grossesse.

L’alphabétisation, l’éducation et la formation font partie de nos préoccupations essentielles, car elles ouvrent l’avenir. Elles font partie intégrante des projets que nous soutenons, que ce soit au Pérou, à Madagascar, en Inde ou au Burkina Faso.

Merci donc du fond du cœur pour tous ces divers engagements qui, mis bout à bout, constituent comme une longue chaîne de solidarité, de refus de l’inéluctable et contribuent à rendre le monde un peu meilleur.

Très bonne année à tous !

PARTAGE SANS FRONTIÈRES

PÉROU

illustration bulletin de partage sans frontières bulletin 142

École inclusive : les élèves au travail

BURKINA FASO

Nouvelle incroyable, relayée par RFI et La Croix ! L’existence des ânes est menacée au Burkina… Les apothicaires chinois utilisent pour leur pharmacopée des peaux d’ânes. Les prix montent au détriment de la vie de ces pauvres bêtes, auxiliaires précieux du paysan dépourvu de tracteur… À ce rythme qui s’accélère, l’espèce aura disparu d’ici cinq ans. Ceci ne semble pas être un canular… Le Gouvernement burkinabé envisage de prendre des mesures.

Bwoubata :

Toutes mes excuses pour le temps mis à vous envoyer des nouvelles des projets à Soukuy. Cette année a été toute particulière pour moi personnellement et la correspondance a dû prendre un coup. En effet, avec l’enchaînement des échéances électorales, d’abord les élections présidentielles et législatives, et ensuite les municipales. Le temps a beaucoup manqué et les micro-projets n’ont donc pas été réalisés au temps prévu. D’autre part, les quelques enseignants qui devaient m’aider pour l’organisation du concours de lecture étaient également pris pour la préparation de leurs concours professionnels. Il a fallu donc attendre que les élections passent et que les enseignants soient également en vacances pour pouvoir faire quelque chose. Les choses ont donc piétiné et c’est maintenant que les réalisations vont se faire à proprement parler. La construction du local pour désengorger la bibliothèque va se faire en début novembre. Quant au concours de lecture, l’organisation se poursuit et la remise des prix est prévue pour le mois de décembre, juste avant que les élèves ne partent pour les congés de Noël.

illustration bulletin de partage sans frontières bulletin 142

Concours du jeune lecteur : Jérémie remet un prix

Bwoubwassi :

J’ai rencontré les membres du bureau le 25 septembre à Soukuy. Il ressort de notre entretien que la vente de céréales est terminée depuis le mois d’août 2016. Ce sont en tout 174 sacs de céréales qui ont été vendus à raison de 13 250 F CFA le sac de 100 kg. Le montant total de la vente est de 2 305 500 F CFA. Les prêts en nature font 22 sacs de 100 kg d’une valeur de 291 500 F CFA et les prêts en liquidité donnent un montant de 500 000 F CFA.

Le groupement dispose à la Caisse d’épargne du village de la somme de 2 950 000 F CFA et chez la trésorière de 90 000 F CFA. Quant à la production de savon, la vente n’a pas été assez satisfaisante ces derniers temps. Ce sont en tout 150 boules qui ont été vendues au cours du troisième trimestre de l’année à raison de 300 F CFA la boule, ce qui nous donne un montant de 45 000 F CFA. Nous espérons qu’après les récoltes, les femmes disposeront d’un peu plus de temps pour la fabrique et la vente.

Voici donc les quelques nouvelles que j’avais pour vous en attendant que les micro-projets prévus pour cette année se réalisent. L’effort me revient de sacrifier un peu de mon temps pour la suite mais je tiens à vous rassurer que les réalisations se feront comme je l’ai annoncé tantôt. (Jérémie)

illustration bulletin de partage sans frontières bulletin 142

Bwoubwassi : fabrication de savons

MADAGASCAR

Madagascar vient d’accueillir en grande pompe le sommet de la Francophonie avec débats et engagements à la clef, ce dont se félicite un homme d’affaires franco-malgache dans Le Monde pour qui il suffit d’avoir la richesse discrète face à la pauvreté en recul… Arthur Bourgogne, étudiant en géographie, parle, lui, d’un pays aux paysages et à la faune enchanteurs, avec une population tout simplement oubliée de ces clichés de carte postale, censés attirer les touristes. Le 30 juin 2016, il a ainsi publié son point de vue sur le site du journal : « Le 26 juin, jour de la fête nationale, on profite de la famille, on sort voir les feux d’artifices, seule illumination qui fait oublier ce quotidien si gris. Car, depuis le début de l’hiver austral, dix corps sans vie ont été retrouvés dans les rues de la capitale, achevés par le froid, oubliés de tous.[…] On oublie de dire que les Dahalo, dans le sud du pays, vont de village en village, pillant sans vergogne la seule richesse des hommes, le zébu. On oublie de dire que trente et une personnes ont péri dans une attaque, lâche et barbare, d’un taxi-brousse qui roulait vers un village, où un couple de médecins œuvrait encore pour le bien de villageois, oubliés eux aussi. On oublie que d’autres Dahalo, devant l’incapacité de leurs victimes à leur fournir trois cents têtes de bétail, ont tout simplement kidnappé les femmes et les enfants du village. »

Une violente sécheresse due aux caprices d’El Niño crée dans le sud une situation de famine chez les petits paysans qui n’ont pu avoir de récolte et doivent vivre sur leurs réserves quasi inexistantes.

Isoalana :

illustration bulletin de partage sans frontières bulletin 142

Cours d’alphabétisation

À cause de la nouvelle mission, sœur Georgette est partie au Niger. Je suis nommée pour la remplacer ici à Isoanala. La rentrée est déjà commencée quand je suis arrivée. Avec les 12 enseignants et Dominique le coordinateur, nous continuons l’éducation et le développement rural.

Huit écoles fonctionnent cette année ; chaque trimestre, nous partons en brousse pour leur rendre visite : nous avons 405 élèves, 164 parents et 12 instituteurs. Nous utilisons la moto pour faire la route, les enfants, les parents sont contents de nous recevoir. Nous visitons dans chaque classe pour connaître le travail des élèves et des enseignants, nous encourageons les maîtres, ils nous partagent aussi leur joie, leurs soucis ; pendant la réunion des parents, nous leur expliquons leurs tâches envers leurs enfants. Ils font la cotisation par an pour aider les enseignants, ils donnent aussi des parcelles de champ pour qu’ils puissent cultiver et les parents participent à ce travail. (Sœur Suzanne)

illustration bulletin de partage sans frontières bulletin 142

Alphabétisation des adultes

Le bureau de Justice et Paix continue son travail pour résoudre des problèmes causés par la corruption dans la campagne, les gens reconnaissent le travail de Justice et Paix ; souvent il va régler ou réconcilier des personnes qui sont en conflit.

La rentrée de l’année 2016-2017 a débuté le 20 octobre 2016. Nous allons chercher ensemble avec les enseignants comment expliquer et animer les parents pour qu’ils envoient leurs enfants à l’école et pour qu’ils paient leur part de la cotisation. Nous constatons que le quart de parents a versé leur part l’année écoulée. La semaine prochaine, les enseignants vont participer à une formation donnée par l’équipe de direction diocésaine de l’Éducation catholique à Betroka pendant une semaine. Après cette formation, nous organisons notre visite de premier trimestre pour démarrer l’année scolaire. En ce moment-là, nous connaîtrons l’effectif exact des enfants et des parents par école.

Ambatofotsy :

illustration bulletin de partage sans frontières bulletin 142

Culture du riz

À Madame Idelette présidente de l’association Partage Sans Frontières : « Je tiens vivement à remercier pour votre aide durant nos six années de collaboration pour le bien du bénéficiaire du Centre social d’Ambatofotsy.

Durant ces six années de service auprès des familles nécessiteuses, vous étiez fidèles envers nous à travers des aides financières que vous nous envoyez. Les 2500 € que vous aviez envoyés au mois d’avril ont été utilisés pour l’amélioration de fonctionnement du Centre, ainsi que pour la préparation du mode de vie des femmes veuves et leurs enfants bénéficiaires du Centre.

Cette année avec l’aide des 2000 €, que vous avez envoyés, nous avons acheté 10 tonnes de paddy. Cette dernière est le besoin fondamental du peuple Malagasy. Quand arrive la saison de soudure, nous la distribuons aux familles bénéficiaires. Les familles ont bénéficié donc de votre aide. Actuellement, le besoin fondamental des familles bénéficiaires est satisfaisant, car ils mangent bien tous les jours. Ils sont capables de travailler et de se débrouiller pour le bien de leur famille. Ils sont aussi capables de surveiller l’éducation de leurs enfants. Nous avons travaillé aussi de notre côté, mais votre aide a été précieuse pour nous en particulier, pour nos bénéficiaires. Bref, votre aide apporte une vie meilleure au sein de nos bénéficiaires et vous connaissez aussi que la pauvreté à Mada ne se finit pas.

Bien fraternellement. Sœur Adeline Razanatoanina

Ambohimahazo:

Sœur Berthine donne quelques nouvelles du groupe de FTMTK : “Les activités auprès des jeunes ruraux continuent. La pluie commence à tomber, mais avant hier, malheureusement, il tombait en même temps des grêles qui abîmaient la nature végétale. Les paysans ne se désespèrent pas malgré tout, avec les vols, les cambriolages, les insécurités de toutes sortes ; ils recommencent au jour le jour. C’est pourquoi, nous, Sœurs de Jeanne Delanoue, nous ne les abandonnerons jamais.

Par exemple : la jeune FTMTK, Joséphine qui fait un petit élevage de lapins financé par PSF, a été volée de ses lapins et aussi les zébus de ses parents. Elle étudie en classe de seconde et ne se décourage pas. Je lui ai redonné deux lapins pour se redémarrer et elle a déjà une dizaine de petits lapins en ce moment. Elle achète elle-même ses fournitures scolaires et les parents aident aux autres frais scolaires.”

illustration bulletin de partage sans frontières bulletin 142

Ambatofinandrahana : groupe de FTMTK

Les Enfants de Madagascar:

Pour Madagascar, et en ce qui nous concerne, le barrage est en travaux et tout avance au mieux. Ce barrage et les incidences sont importants pour la population extasiée devant ce projet en cours :

- eau vers le village, eau vers les cultures maraîchères, irrigation plus aisée des petites rizières en terrasse -

- électricité dans une trentaine de maisons, le dispensaire (quatre points électriques), la place du village, l’église et la maison communale

- élevage de carpes et tilapias…

illustration bulletin de partage sans frontières bulletin 142

Zone de construction du futur barrage

- Juliette, responsable du dispensaire à Ny Aïna près de Tuléar se plaint de ne pas avoir de table d’accouchement ! De notre côté, nous en avons une en bon état (en surplus actuellement, au garage ici à Madagascar). Nous pouvons la lui céder. (Les amis Bourrel)

Ny Aïna :

illustration bulletin de partage sans frontières bulletin 142 Juliette s’est déclarée fort intéressée par cette offre inespérée… C’est ainsi que se nouent les rencontres et qu’une solidarité concrète peut se mettre rapidement en place. L’élevage de poules se poursuit et tend vers un autofinancement.

 

INDE

illustration bulletin de partage sans frontières bulletin 142

Institutrices rurales en formation

LA VIE DE L’ASSOCIATION

Les animations passées :

15/10/2016 : marché pour les 20 ans de l’association Étoile sans Frontières, Étoile,

25 au 28/11/2016 : salon Créa d’Art, Étoile, 1322 €

26 & 27/11/2016 : marché de Noël, Ancône, 3310 €

03-4/12/2016 : marché de Noël, Chabeuil, 3464 €

03-04 et 10-11/12/2016 : marchés de Noël, Mornant,

09/12/2016 : concert de Noël, église de Soyons.

Les animations à venir :

Histoires d’Amérique latine à Saint-Péray

05/02/2017 : concert chansons latinos, La Cacharde, Saint-Péray (07)

11/02/2017 : théâtre à la salle des fêtes de Soyons (07)

Les finances :

Le dernier trimestre est pour nous crucial, 30 % des dons arrivent durant cette période. Nous comptons sur votre générosité et votre fidélité.

SOUTENIR LES ACTIONS DE PSF

C’est participer à une aventure humaine de 35 ans de solidarité active, efficace et concrète.

C’est faire un don, la totalité des dons reçus va au financement des projets. Ils sont fiscalement déductibles.

C’est nous acheter des produits issus du commerce équitable : café, confitures, chocolat… Vous pouvez nous passer commande en demandant la liste à notre secrétariat.

C’est utiliser le site de l’association pour vos achats en ligne de livres, DVD…

C’est parler de Partage sans Frontières à vos voisins, vos connaissances et nous faire parvenir les coordonnées de ces derniers afin que nous leur adressions le bulletin.

C’est nous soutenir sur les différents réseaux sociaux.

Nous comptons sur vous, notre avenir en dépend !

illustration bulletin de partage sans frontières bulletin 142 CCP LYON 1435 08 K